Rentrée OFF : Guillaume Guegan se plie au jeu de l'interview

Rentrée OFF : Guillaume Guegan se plie au jeu de l'interview

 guillaume gueganGuillaume Guégan est né en 1988. Il commence à écrire à 12 ans et publie pour la première fois en 2008. Après l'obtention d'une Licence de Lettres Modernes, Guillaume se consacre à sa saga "La Noxiance", qui compte à ce jour deux tomes.

Il a créé un univers dans lequel se mêlent fantastique et réalisme, aventure extraordinaire et vie quotidienne. Le premier Cycle (qui s'achèvera avec le troisième tome) raconte la quête de trois sorciers et d'une Vampire qui doivent empêcher un puissant démon de détruire la Terre et l'Entremonde, le monde magique. 

 

 

"Ce que j'aime par-dessus tout, c'est raconter une histoire."

 

Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire cette saga ?

J'ai mis un peu de temps avant d'y venir. J'écris depuis que j'ai 12 ans et c'est la saga Harry Potter qui m'a donné le goût de la lecture et de l'écriture. J'ai développé plusieurs histoires et j'ai réalisé, il y a quelques années, qu'elles pouvaient toutes appartenir au même univers. J'aime beaucoup le principe d'univers partagés et j'ai donc imaginé un univers cohérent pour pouvoir raconter ces histoires. J'aime la magie, la sorcellerie, alors j'ai consacré mon premier Cycle aux sorciers.

 

Avez-vous des auteurs de référence à citer qui influencent votre écriture ?

J.K Rowling, bien sûr, car son univers est magique. Personne ne parviendra jamais à l'égaler, selon moi. J'adore également Maxime Chattam et ses romans très sombres, comme la Trilogie du Mal. Effrayant ! Mais, dans l'ensemble, je suis très attaché à la culture populaire. J'aime le cinéma, les comics, les séries télévisées et les jeux vidéo. C'est ce « tout » qui me nourrit l'esprit !

 

En publiant un livre, quel est votre objectif principal ?

Ce que j'aime par-dessus tout, c'est raconter une histoire. Il faut donc la rendre crédible, cohérente et développer suffisamment les personnages pour que le lecteur se sente impliqué. Quand on a fait tout ça, on peut emmener le lecteur où l'on veut, effleurer n'importe quel thème et lui procurer diverses émotions. J'aime également quand on se pose des questions sur l'intrigue d'un bouquin ou d'une série. Quand on veut connaître une réponse qui n'arrivera pas avant plusieurs tomes et qu'on élabore des théories. Ceci fait partie de l'expérience de lecture.

 

Pourquoi avoir choisi l’autoédition pour publier votre ouvrage ?

Au départ, je dois l'admettre, un peu par défaut. Les quelques éditions qui m'ont répondu ont refusé mon manuscrit. Maintenant, je reconnais que l'autoédition est une sérieuse alternative à l'édition "classique", d'abord parce que l'auteur reste maître de son texte, on ne lui demande pas de supprimer tel ou tel passage, ce que j'ai toujours craint de la part d'éditions "classiques". J'ai aussi l'impression que les éditeurs, aujourd'hui, prennent de moins en moins de risques, et donc que les "jeunes" auteurs doivent se débrouiller par eux-mêmes. C'est un peu la même chose dans la musique. Bookelis est une formidable alternative car, non seulement, l'auteur n'est pas ruiné (comme chez des éditeurs à compte d'auteur) mais le site fournit une large palette de conseils et l'équipe tente de mettre en avant les auteurs. C'est très important !

 

Quelles actions marketing allez vous mener pour faire connaître votre livre ?

Je suis en train de me renseigner pour mettre sur pied un dossier de presse. Je vais également faire quelques salons cette année, pour la première fois. Je n'ai pas encore étudié toutes les possibilités, ceci dit.

 

Vos lecteurs vous ont-ils contacté suite à la lecture des 2 premiers tomes? Quelle relation avez-vous avec eux ?

Oui, j'ai eu quelques échos. Ils sont toujours bienveillants et n'hésitent jamais à me soutenir quand j'ai des difficultés. C'est très motivant d'être suivi. Je les remercie à la fin de chaque tome car, même si ça va paraître mièvre, ce sont les lecteurs qui donnent vie au roman que vous écrivez, sinon l'histoire resterait quelque part en vous, en sommeil.

 

Un conseil que vous donneriez à une personne qui se lance dans l’écriture de son premier livre ?

Faites ce que vous aimez, ce que vous voulez ! Il y a peu de règles et peu de modèles dans l'écriture. Même si l'on est influencé par tel ou tel auteur, on réalise peu à peu qu'on mène sa propre barque, qu'on en est le capitaine. Vous pouvez tout raconter, choisir n'importe quelle forme de texte. En revanche, il faut être ouvert aux conseils de ses proches, c'est important. Et si vous voulez publier un roman, essayez d'atténuer au maximum la frontière entre l'amateur et le professionnel : une couverture attirera l'œil curieux si elle est réalisée sérieusement !

 

Avez-vous d’autres projets d’écriture en cours ?

Oui, maintenant que le premier Cycle de La Noxiance est terminé, je vais me pencher sur le second Cycle (sur quatre). Même si j'ai de nombreuses notes et un fichier de 200 pages sur mon univers, je suis ouvert aux idées de "dernières minutes". J'ai hâte de commencer !

 

Merci beaucoup à Guillaume pour le temps qu'il nous a consacré dans la dernière ligne droite de l'écriture de son livre! Nous lui soutaitons autant de succès que possible!

Si vous voulez plonger dans son univers (en tout cas, nous, on va le faire !), vous trouverez les 3 tomes dans la librairie Bookelis : http://www.bookelis.com/recherche?orderby=position&orderway=desc&search_query=guegan&submit_search=Rechercher

 

Bonne lecture !

Posté le 30/09/2015 Home, Portraits d'auteurs 0 723

Laissez un commentaireLaisser un commentaire

Vous devez être Connecté Poster un commentaire.

Recherche

Catégories