Interview de Patrick Ferrer, gagnant du concours de nouvelles "La suite vous appartient"

Interview de Patrick Ferrer, gagnant du concours de nouvelles "La suite vous appartient"

Le concours de Nouvelles "La suite vous appartient" a célébré Patrick Ferrer et son texte Plan B. Il nous a accordé une interview dans laquelle il ouvre une porte sur son univers d'auteur.

Si vous voulez lire les 10 nouvelles finalistes, vous les trouverez ici : https://bit.ly/3CIsCUG

Pouvez-vous vous présenter en tant qu’auteur ainsi que l’univers de vos livres ?

J’écris depuis une dizaine d’années maintenant et je touche à toutes sortes d’univers, que ce soit le roman noir, policier, la science-fiction, le fantastique, les contes, parfois même le western. J’aime explorer les mythes et croyances, aller dénicher ce qui se cache derrière le miroir ou sous le reflet des eaux tranquilles. J’aime les histoires qui débordent de la réalité et nous entraînent dans des mondes qui ont l’air familiers, mais qui cachent toutes sortes de choses étranges et inattendues. Et, disons-le, pas toujours amicales.

Qu’est-ce qui vous a poussé à participer au concours « La suite vous appartient » ?

J’ai arrêté d’écrire depuis deux ans pour différentes raisons, j’ai un quatrième roman inachevé dans mes tiroirs et le démon de l’écriture est venu me chatouiller. Écrire des nouvelles est un bon moyen de me remettre dans le bain, de relancer la machine à créer des histoires, et je suis tombé sur ce concours auquel j’ai tout de suite accroché. Il faut que le thème m’inspire pour que je puisse participer à ce genre d’exercice et « La suite vous appartient » m’a tout de suite inspiré une histoire.

Qu’est-ce que le format « Nouvelle » vous évoque en tant qu’auteur ?

J’adore la nouvelle en tant qu’auteur. C’est une véritable respiration comparée à l’effort d’écrire un roman, qui peut prendre un, deux ou cinq ans, en ce qui me concerne. Un véritable vent de fraîcheur et, si la nouvelle est bonne, elle peut résonner en nous avec une force singulière. Un peu comme une chanson comparée à la symphonie ou l’opéra. C’est une tout autre forme d’art que l’écriture romanesque et, à mon avis, tout aussi satisfaisante, pour l’auteur et pour le lecteur. C’est un peu dommage qu’elle occupe si peu de place dans la production littéraire moderne (c’était différent dans le passé), mais ça lui donne également un petit côté sauvage et indépendant.

Quel est votre lien avec l’autoédition ?

L’autoédition est mon espace de liberté, celui où je peux créer sans autres contraintes que celles que je m’impose. C’est également celui où je peux le plus directement rencontrer mes lecteurs/lectrices et me faire connaître en tant qu’auteur. Je travaille aussi avec des éditeurs, mais c’est différent, les critères de qualité et les méthodes de travail ne sont pas les mêmes. On doit satisfaire l’éditeur, la force de vente et Dieu sait qui encore. Même si leurs intentions sont parfaitement louables, commerce et création ne voient pas toujours les choses du même œil. Dans l’autoédition, votre seul juge est le public, ceux et celles qui achètent et lisent, c’est un rapport sans filtre qui, pour ma part, est très, très précieux. Ce sont les gens pour qui j’écris, après tout.

Quels seraient vos conseils à de jeunes auteurs ?

Ça dépend quel genre d’auteur vous voulez être. C’est la première question à se poser. J’ai des amis auteurs et autrices dans les deux bords, ça n’empêche pas de bien s’entendre, mais il y a clairement deux tendances, ceux qui essaient de créer quelque chose de nouveau, de faire évoluer leur art, et ceux qui se contentent de resservir les mêmes plats réchauffés. Donc à moins de savoir où vous vous situez, c’est très compliqué de donner des conseils. Et la première catégorie ne devrait surtout pas écouter les conseils de qui que ce soit, alors…
Ceci dit, j’ai un blog, www.mezaventures.com, qui regroupe les articles que j’ai écrits au sujet de ma propre évolution, si ça peut aider ceux qui débutent.

Avez-vous des projets ou des sorties à annoncer ?

J’ai déjà écrit trois romans et une trentaine de nouvelles publiées ici et là. Mon premier roman a été publié après un succès remarqué en autoédition et je travaille à présent sur un quatrième roman. J’ai dû interrompre mon activité d’auteur durant deux ans mais j’espère m’y remettre bientôt et des initiatives comme le concours « La suite vous appartient » sont particulièrement utiles pour me remettre le pied à l’étrier. J’encourage tous les jeunes et aspirants auteurs à continuer à écrire et à participer à ce genre de concours pour parfaire leur style et se faire connaître.

Encore merci à Patrick Ferrer pour sa participation au concours et la richesse de son témoignage.

Posté le 23/12/2021 Home, Concours, Portraits d'auteurs 0 606

Laissez un commentaireLaisser un commentaire

Vous devez être Connecté Poster un commentaire.