Paroles d'écrivain #3 : David Meulemans

Paroles d'écrivain #3 : David Meulemans

David Meulemans sait tout faire : écrivain, éditeur (il dirige les éditions Aux Forges de Vulcain), il est aussi le créateur du concept Draftquest.  Dans cette troisième Master Class "Paroles d'écrivain", ce créatif aux multiples talents nous fait partager sa vision de l'écriture et quelques astuces qui ont contribué à sa réussite.

 

 

David Meulemans, pouvez-vous nous parler de DraftQuest en quelques mots ?

Beaucoup de gens veulent écrire et possèdent les qualités qui pourraient leur permettre d’écrire régulièrement. Il leur manque un peu de discipline, un peu de régularité. DraftQuest est une application qui leur apporte cela. DraftQuest ne donne pas de talent, mais donne une petite étincelle qui permet au talent de s’embraser.

 

En tant qu’écrivain, comment choisissez-vous le sujet de vos livres ?

Ce sont souvent des sujets de conversation. Pendant quelques semaines, un sujet ou une idée revient souvent dans mes conversations avec les gens que je rencontre. Je me rends compte que je suis comme en train de mâcher, remâcher, quelques concepts. Au bout d’un moment, je me dis que je dois mettre cela sur papier, histoire de vraiment savoir ce que pense – et de pouvoir passer à autre chose.

 

"Ne jamais attendre l’inspiration"

 

Quelle est votre astuce pour surmonter l’angoisse de la page blanche ?

Ecrire tôt le matin. Ecrire tous les jours. Ne jamais attendre l’inspiration. S’amuser – par exemple, en se donnant des contraintes ludiques : placer tel ou tel mot dans le texte du jour.

 

Quels sont selon vous les critères pour un bon titre de livre ?

Il ne doit pas parler du contenu du livre, il doit parler à l’imaginaire du lecteur et être comme un mode d’emploi du texte. Si le texte est exigeant, le titre doit l’être – si le texte est transparent, le titre doit l’être.

 

Comment bien construire ses personnages ?

Il suffit de garder à l’esprit qu’un personnage est comme une personne : il est double - il ne dit pas toujours ce qu’il pense, il ne pense pas toujours ce qu’il dit. Il a comme un moteur, qu’il faut identifier – une obsession, qui le pousse dans une direction précise. L’écrivain en herbe doit connaître ce moteur et l’avoir à l’esprit quand il écrit des scènes avec ce personnage.

 

Comment bien décrire un lieu ?

Un lieu est souvent un paysage mental et peut refléter l’univers spirituel et émotionnel d’un personnage. Demandez-vous comment concrètement, un lieu peut exprimer ce que le personnage a en lui. Ce qui permet de montrer ce qu’est le personnage sans jamais le dire ouvertement.

 

Comment savez-vous quand votre livre est terminé ?

Quand j’ai coupé tout ce qui pouvait être coupé et que je sens que la prochaine coupe risque d’être la coupe de trop et casser la machine !

 

"La relation d’un auteur avec ses lecteurs [...]

doit reposer sur la confiance mutuelle et être suivie" 

 

Vous êtes écrivain mais aussi éditeur : quels sont pour vous les critères de sélection d’un « bon livre » ?

Un bon texte a trois caractéristiques : c’est une bonne histoire, une voix pour porter cette histoire, et un propos. Ces trois caractéristiques sont rarement réunies. On en a souvent une ou deux… mais pas trois.

 

Avez-vous un conseil à donner à un auteur débutant qui voudrait se faire connaître ?

De donner à lire ce qu’il écrit. Par exemple, d’avoir un blog où des textes sont intégralement accessibles. De rester dans une logique de collaboration avec les lecteurs. De ne pas chercher à « se vendre », de ne pas faire de collage d’affiche, de harcèlement en ligne. Mais plutôt d’entamer une conversation avec quelques bons lecteurs, de respecter leurs avis, et d’apprendre d’eux. La relation d’un auteur avec ses lecteurs est une relation de très long terme. Elle doit reposer sur la confiance mutuelle et être suivie. 

Posté le 27/08/2014 Portraits d'auteurs 0 660

Laissez un commentaireLaisser un commentaire

Vous devez être Connecté Poster un commentaire.

Recherche

Catégories