MARCHAL Laurent

Author

Fiche identite

  • Laurent MARCHAL
  • Auteur Bookelis depuis juil. 2015
  • Nombre de publications : 4
  • Voir son site

Biographie

Né en 1961 à Antony, Laurent MARCHAL est Coach de vie et formateur en Développement Personnel depuis 1996.
Grand amateur de voyages, il aime également s’évader au travers de l’écriture.
Jeune papa déjà il aimait inventer des histoires pour ses 3 enfants, qu’il publiera prochainement dans un recueil de contes pour enfants. Puis, au grès de ses voyages professionnels, il s’occupa dans le TGV, en écrivant les aventures qui défilaient dans sa tête et sous ses doigts. Son esprit ainsi complètement absorbé lui permettait de s'abstraire du bruit et de l'agitation ambiante.
Son premier ouvrage « Une échappée de l’ennui » (La Scappatella) parle de Jeanne, jeune femme ordinaire qui reprend le pouvoir sur sa vie au travers d’une escapade. Par ce premier roman, Laurent Marchal pose la question : « Vivons-nous vraiment la vie que nous avions souhaité vivre ? »

Avec son second ouvrage « Rêve au cœur des émotions », l’auteur propose un conte pour adultes permettant d'aborder un sujet sérieux et souvent méconnu, d’une manière ludique: les quatre principales émotions de Vie.
Une fois encore, Laurent MARCHAL fait voyager le lecteur à travers un rêve initiatique, qui le transporte dans un monde surréaliste, où toutes les aventures utilisent des métaphores, permettant à chacun de réfléchir à son propre fonctionnement émotionnel.

Pour son troisième ouvrage, Laurent Marchal choisit un thème plus intimiste en nous faisant partager la douleur de Loïc, un adolescent de 16 ans, pris au piège par la violence scolaire due à son obésité… Ce roman est traité avec humour et les rebondissements de cette année exceptionnelle que vit Loïc nous tiennent en haleine et nous montrent qu’à force de volonté, il a pu sortir de l’enfer qu’il vivait...
L’action se passe en 1978 et quarante ans plus tard, les mêmes insultes continuent à générer les mêmes souffrances psychologiques ! Laurent Marchal s’interroge sur les raisons qui empêchent une société de protéger ses « gros » alors qu’elle défend l’égalité ? Est-il plus légitime d’apprendre aux enfants à respecter les différences culturelles, religieuses et ethniques et de les laisser se moquer d’un des leurs, sous prétexte qu’il est « gros » ?