L'homéopathie selon Samuel Hahnemann

Loin des dogmes académiques, l’intelligence du diagnostic homéopathique

Nouveau produit

Genre : Santé et bien-être
L'objectif de « guérir sans nuire » conseillé par Hippocrate puis par Hahnemann ne semble plus être à l'ordre du jour de la médecine officielle depuis bien longtemps. Nous constatons d'innombrables victimes de la médecine depuis plus d'un demi-siècle, appelées par euphémisme « effets secondaires », « maladies iatrogènes » ou bien encore « maladies nosocomiales », autant d'appellations trompeuses qui donnent à croire que la cause de toutes ces maladies est soit inévitable (secondaire), soit...
 
Résumé
L'objectif de « guérir sans nuire » conseillé par Hippocrate puis par Hahnemann ne semble plus être à l'ordre du jour de la médecine officielle depuis bien longtemps. Nous constatons d'innombrables victimes de la médecine depuis plus d'un demi-siècle, appelées par euphémisme « effets secondaires », « maladies iatrogènes » ou bien encore « maladies nosocomiales », autant d'appellations trompeuses qui donnent à croire que la cause de toutes ces maladies est soit inévitable (secondaire), soit provoquée par le médecin (iatrogène), soit par l'hôpital (nosocomiale) ; alors que la cause est bien en amont. Et oui, toutes les observations concordent : supprimer une « maladie », entraîne très souvent la suppression de la santé (maladies chroniques) voire même trop souvent la suppression du malade (les milliers de morts annuels post-thérapeutiques en sont hélas les témoins). Comme le disait Einstein : « On ne résout pas un problème en utilisant le même raisonnement qui l'a créé. » Pour un homéopathe, un malade n'est pas une addition d'un corps et d'un esprit, à laquelle on pourrait soustraire l'un des deux éléments, en le niant comme Sujet. C'est une association de ces deux éléments, permanente, irréfragable, indissociable, dans laquelle l'aspect visible (le corps-Objet) et l'aspect invisible (le psychisme affectif et mental) ne sont qu'une seule et unique créature: le Sujet Humain. Un corps ça s'ausculte, mais un esprit ça s'écoute! Une médecine sans écoute, avec dix minutes en moyenne accordée à chaque consultation (chiffre officiel) produit des diagnostics terrifiants : des maladies sans sujet, hors-sujet, pour ce qui concerne les maladies lésionnelles ; c'est-à-dire des maladies sans malades ! Et pour ce qui concerne les maladies fonctionnelles, nous avons affaire à des malades sans maladie, c'est-à-dire des malades sans aucun diagnostic établi de façon scientifique, puisque tous les examens sont normaux ! Hahnemann m'a appris à ne pas faire la guerre à la maladie avec de « munitions » de l'« arsenal thérapeutique », aux effets collatéraux déplorables. Hahnemann m'a appris qu'il y avait un autre mode de prescription des remèdes, non pas pour déclarer la guerre à la « maladie », mais pour rétablir la paix du malade; pour stimuler l'autorégulation, c'est-à-dire l'auto guérison, sans être obligé de rajouter des « maladies » à la « maladie » initiale ! Hahnemann demandait tout simplement d'observer la totalité des symptômes (objectifs et subjectifs) pour respecter la Science, et de ne pas être nuisible, en respectant l'Éthique. C'est tout. Hahnemann demandait à ses confrères de penser et de réfléchir autrement, en associant la méthode logique rationnelle à la méthode analogique intuitive et créatrice. Après 30 ans de pratique, je ne comprends pas la démarche des « allopathes en colère » ! Que reprochent-ils vraiment, au fait, à l'homéopathie ?
 
Informations techniques
Date de publication : 25/11/2021
Livre de type : Numérique
Numérique 978-2-87434-180-9 Bookelis

Donnez votre avis

L'homéopathie selon Samuel Hahnemann

Donnez votre avis

 
Commentaires (0)

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

30 autres produits dans la même catégorie :