Nous vous invitons à commander vos ouvrages avant le 07/12/2020 pour une livraison avant le 24 décembre.

Nicolas Chang

Author

Fiche identite

  • Auteur Bookelis depuis avril 2015
  • Nombre de publications : 14
  • Voir son site

Biographie

Nicolas Chang

Adepte des cultures orientales et fervent défenseur de la laïcité, Nicolas se décrit comme un libre penseur ouvert à toutes possibilités en matière de spiritualité, et surtout à l’idée d’univers parallèles existants et palpables dans des états de consciences modifiés.

La méditation profonde et des états de réalités non ordinaires - démontrés dans des voyages chamaniques – lui ont permis de ne plus douter de l’existence de la réalité éternelle de l’âme, et de l’illusion de notre monde en tant que seule certitude ou unique vérité.

Aucune théorie ne peut remplacer l’expérience et chacun a ses propres croyances – du moins si l’on prétend être laïc – et en admettant que l’on soit libre de penser ce que l’on veut. Ainsi il revient à chacun de se poser des questions sur ce qu’est la réalité. Le monde ordinaire apparaît comme la seule réalité que nous traitons avec nos idées et nos jugements. Nicolas est un adepte de la vie – animiste – sous toutes les formes, et il prône aussi bien le changement que le conservatisme traditionnel. Ce paradoxe est sans doute son cheval de bataille et il peut très bien se justifier dans un monde où être normal n’est plus très normal.

Ceux qui défendent la citoyenneté dans des états de droit ou de démocratie, se moquent parfois totalement de l’humanisme, et c’est là que le travail commence pour les artistes de l’écriture et de la pensée, qui en tant que non conformistes, vont saper l’hypocrisie et le laxisme qui ruinent la véritable richesse humaine.
L’humanité actuelle n’a qu’une seule origine et il est facile de faire le calcul exponentiel de nos ancêtres, nous avons tous plus de mille milliards de grands-pères et grands-mères si nous remontons à Charlemagne, ce qui représente environ 40 générations. En essayant de faire un arbre généalogique avec à chaque étage le père et la mère, nous arrivons à ces chiffres, ce qui veut dire que nous sommes tous de parentés puisqu’à l’époque de Charlemagne il n’y avait que trois cent trente millions de personnes sur terre. Ainsi ceux qui prônent la différence, devraient peut-être réfléchir à cela. Il est clair que les coutumes et les lieux nous façonnent, mais il est aussi évident que nous avons tous un lien commun.
C’est donc dans ce sens que devrait être prônée la véritable richesse des êtres humains, afin que nous mettions fin à ces différences nourries par l’orgueil et la cupidité.

Nicolas Chang est de ceux qui pensent que nous sommes tous frères, pour autant que nous ne nous enfermions pas dans les dogmes ou croyances. Nous sommes tous différents et même unique sur le plan de l’âme, mais cela ne signifie pas le fait d’être séparés.
Ceci ne sous-entend pas que nous devions changer de modèle de société et nous sacrifier pour nos prochains – sous le coup d’une ?culpabilisation? – mais simplement d’arriver à se dire que nous pouvons être des cellules libres au milieu de la multitude. En fait il est très difficile d’être vraiment libre, car nous ne voyons pas les liens qui nous unissent. Nous avons des attachements dûs au désir d’aimer et d’être aimé, et nous concluons des contrats invisibles avec nos semblables, dont nous ne pouvons parfois pas nous défaire.
Nous sommes entourés de monde et d’esprits qui nous influencent constamment. Ce qui nous rend esclaves dans nos vies, c’est notre propre pensée, qui fonctionne de manière indépendante. On ne peut pas volontairement arrêter de penser, car le mental est lié à une fréquence cérébrale dont nous n’avons pas la maîtrise. Les drogues et l’alcool nous donnent la sensation de liberté, mais ce n’est qu’une illusion, car dans l’invisible se trouvent des liens qui sont parfois impossibles à défaire.
C’est en apprenant à connaître ces dimensions invisibles que Nicolas a réalisé et compris que pour lui – la solution était de disparaître – non pas trépasser en se donnant la mort, mais en décidant de ne plus exister dans le monde ordinaire. En devenant ainsi « invisible » il pourrait renaître dans le monde ordinaire, sans être manipulé.
Ceci ne l’empêche pas d’avoir une vie normale de bon citoyen, qui a des amis et une vie assez bien réglée. Le monde ordinaire a ses bons côtés, lorsqu’on sait ne pas être dupe et qu’il est possible de trépasser (sans mourir), pour explorer les univers magiques que la vie nous offre. Aucune méthode standard ne vous permettra de découvrir votre propre voie, car il s’agit de quelque chose d’unique. Le miracle que vous pouvez espérer, c’est celui de découvrir la magie de la vie. Ceci vous permet de rester dans ce monde tout en sachant que la vie est éternelle et que nous ne faisons que passer.

Plutôt que d’utiliser le verbe « être », nous pouvons apprendre à ?aimer? davantage et écouter ce que la vie a à nous dire. Nous voulons ?être? et nous oublions d’aimer.

Plutôt que d’utiliser le verbe « vouloir », nous pouvons apprendre à dire merci, car la reconnaissance est la source de la richesse. Nous jugeons de ce que nous voyons et développons des désirs.